Sarkozy à genou devant la Chine

Lorsque la flamme a été chahutée à Paris, Sarkozy s’est mis dans la position de vassalité en envoyant trois émissaires en Chine après le passage de la flamme. Alors que la flamme olympique a été chahutée à Londres et que le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé qu’il ne se rendrait pas à la cérémonie d’ouverture, la Grande-Bretagne n’est pas visée par les manifestations ou les réprimandes chinoises.

«La Chine a 14 pays mitoyens qui ont toujours été considérés comme des vassaux», explique Jean-Vincent Brisset, spécialiste de la Chine à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). «Traditionnellement, quand ces pays avaient fait quelque chose de mal, ils envoyaient un émissaire offrir des cadeaux et faire la révérence à l’empereur. La France s’est mise dans cette même position de vassalité en envoyant trois émissaires après le passage de la flamme.»
D’après Jean-Vincent Brisset,  Les Chinois ont beaucoup de mépris pour les pays faibles, alors qu’ils respectent les pays qui se positionnent clairement et fortement, comme l’Allemagne ou la Grande-Bretagne.»

La chancelière allemande Angela Merkel, qui a grandi dans l’ex-RDA, sait décrypter la propagande communiste et ne se rend pas à la cérémonie des Jeux Olympiques en Chine. Elle ne se laisse pas intimider. «Et cela n’empêche pas l’Allemagne de faire de meilleures affaires en Chine que la France», assure Jean-Luc Domenach.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*