La Chine affirme avoir manipulé les élections US : fuite du discours de l’homme fort de Pékin

Pr-Di
Giáo sư Di

Pékin dit avoir manipulé Wall Street pour orienter la politique américaine, jusqu’à ce que Trump devienne président, selon un professeur chinois

PAR LING YUN

10 décembre 2020

 

Mis à jour: 11 décembre 2020

EpochTimes Le régime communiste chinois a exercé une influence sur les États-Unis pendant des décennies par l’intermédiaire de ses « vieux amis » de Wall Street, mais ce schéma a été perturbé par l’élection du président Donald Trump en 2016, a révélé récemment un professeur chinois lors d’un séminaire.

Au cours des 30 à 40 dernières années, le Parti communiste chinois (PCC) « a profité du noyau dur du pouvoir aux États-Unis », a affirmé Di Dongsheng, doyen associé de l’École des études internationales de l’Université Renmin de Chine à Pékin, dans un discours prononcé lors d’un événement à Shanghai, retransmis en direct sur la plateforme chinoise de partage vidéo en ligne Guan Video le 28 novembre. Depuis, le discours est devenu viral et la vidéo originale a été supprimée.

M. Di faisait référence à Wall Street, un secteur qui a commencé à exercer « une très forte influence sur les affaires intérieures et étrangères des États-Unis dans les années 1970 ».

« Nous avons donc trouvé notre chemin et ceux sur lesquels nous pouvions compter », a-t-il déclaré.

Mais à partir de 2008, l’influence de Wall Street a diminué avec la crise financière, a déclaré M. Di.

« Plus important encore, depuis 2016, Wall Street n’a plus d’influence sur Trump », a-t-il expliqué, citant les différends que l’ancien homme d’affaires avait avec les financiers de Wall Street.

Toutefois, avec une éventuelle administration Joe Biden, Pékin pourrait à nouveau compter sur ses puissants bailleurs de fonds américains, a déclaré le professeur.

« Les élites traditionnelles, les élites politiques et l’establishment ont une relation très étroite avec Wall Street », a déclaré M. Di.

Il a ensuite évoqué les allégations selon lesquelles le fils de Joe Biden, Hunter Biden, aurait des liens étroits avec le régime chinois et d’autres gouvernements étrangers par le biais d’investissements et de transactions commerciales.

En octobre, Tony Bobulinski, l’ancien partenaire commercial de Hunter, a révélé que le jeune Biden lui avait demandé, début 2017, de conclure un accord avec le conglomérat énergétique chinois désormais en faillite, CEFC China Energy Company.

M. Bobulinski a été le PDG de SinoHawk LLC, une entité commerciale créée pour officialiser le partenariat d’investissement entre la Biden-CEFC et la société chinoise. SinoHawk était censée être initialement financée à hauteur de 10 millions de dollars, qui se seraient ensuite transformés en milliards de fonds d’investissement, a indiqué M. Bobulinski à l’époque. Ye Jianming, alors président du CEFC, avait des liens étroits avec de hauts responsables du PCC.

M. Di a ajouté : « Qui l’a aidé [Hunter] à constituer les fonds ? Vous comprenez ? Il s’agit de transactions. »

Le perturbateur

En 2016, le candidat Donald Trump a fait campagne sur un programme dur envers la Chine, en mettant l’accent sur les pratiques commerciales déloyales du régime qui ont coûté des milliers d’emplois manufacturiers américains. En tant que président, Donald Trump a lancé une guerre commerciale en 2018, en imposant des milliards de dollars de droits de douane sur une série d’importations chinoises.

En référence à la guerre commerciale, M. Di a demandé : « Alors pourquoi avons-nous des problèmes avec Trump, alors que nous avons été capables de traiter toutes sortes de problèmes entre la Chine et les États-Unis de 1992 à 2016 ? »

Il a mentionné qu’auparavant, « toutes les crises » entre la Chine et les États-Unis, comme le bombardement américain de l’ambassade chinoise à Belgrade en 1999, avaient pu être résolues « en deux mois ».

La raison en est que Pékin avait « des gens haut placés [aux États-Unis] », a déclaré M. Di.

Wall Street avait essayé d’aider le régime chinois pendant la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, a ajouté M. Di.

« Pour autant que je sache, des amis américains m’ont dit qu’ils avaient essayé d’aider, mais qu’ils étaient trop faibles », a-t-il dit.

Des amis en haut lieu

Di Dongsheng a partagé une histoire pour prouver son point de vue.

Avant la visite du leader chinois Xi Jinping aux États-Unis en 2015, tous les niveaux du PCC ont dû aider à « susciter l’intérêt » et à « créer une dynamique » pour cet événement très médiatisé, a-t-il déclaré. L’une de ces préparations consistait à créer une opinion publique positive sur le régime chinois. Un événement a été organisé pour la publication de la première édition en langue anglaise de « Xi Jinping on State Administration » – un livre contenant les discours de Xi sur l’idéologie politique.

M. Di a indiqué qu’il était chargé de trouver un lieu pour l’événement.

Le lieu a été fixé dans une librairie indépendante populaire sur Connecticut Avenue à Washington, D.C.

Cependant, en raison du court délai, la librairie n’a pas pu organiser le créneau horaire. M. Di a affirmé que le directeur de la librairie était un ancien reporter basé en Asie et qu’il n’était pas disposé à accéder à sa demande en raison de ses « préjugés » envers le PCC.

Mais finalement, a dit M. Di, les responsables chinois ont réussi à tenir la conférence de presse à la librairie parce que le propriétaire du magasin a subi la pression d’une femme juive âgée qui avait une certaine influence sur Wall Street.

Cette femme était la présidente de la division Asie d’une institution financière de premier plan à Wall Street, selon M. Di. Elle avait la citoyenneté chinoise et une résidence permanente enregistrée à Pékin.

Un article des médias chinois a ensuite fait l’éloge de l’événement : « Le 17 septembre 2015, la librairie a accueilli l’ambassadeur chinois aux États-Unis, Cui Tiankai, et un haut fonctionnaire du gouvernement chinois pour une discussion sur le livre de Xi sur la gouvernance de la Chine. »

Les liens de Wall Street avec la Chine

Après la guerre commerciale, de nombreux secteurs industriels américains ont commencé à se détourner des investissements chinois, mais Wall Street a renforcé ses liens commerciaux après les mesures prises par Pékin pour ouvrir le secteur financier.

Le conseiller commercial de la Maison-Blanche, Peter Navarro, dans une interview accordée en octobre à Epoch Times, a décrit Wall Street comme « un sociopathe poussé à l’extrême », en réponse à une question sur la poursuite de l’augmentation des investissements de Wall Street en Chine.

« Ils n’ont aucune morale ni aucun patriotisme. Tout est une question d’argent », a déclaré M. Navarro.

Pendant ce temps, les fournisseurs d’indices boursiers mondiaux sont de plus en plus surveillés pour leur inclusion d’actions chinoises – certaines entreprises chinoises étant liées à l’armée du régime ou ayant contribué à ses violations des droits de l’homme. Comme de nombreux fonds d’investissement et caisses de retraite suivent ces indices, cela signifie que les Américains financent involontairement les ambitions malveillantes du PCC, ont averti les responsables américains.

En novembre, Donald Trump a publié un décret interdisant les investissements américains dans les entreprises chinoises considérées par le Pentagone comme « détenues ou contrôlées » par l’armée chinoise, afin de bloquer le flux de capitaux américains destinés à financer les objectifs militaires du PCC. L’interdiction doit prendre effet au début du mois de janvier 2021. Les investisseurs américains ont jusqu’en novembre 2021 pour se défaire de leurs titres.

En réaction, le fournisseur d’indices FTSE Russell a annoncé le 4 décembre qu’il renoncerait aux actions de 8 sociétés chinoises qui figuraient sur la liste du Pentagone. Les actions de ces sociétés seront retirées de sa série d’indices d’actions mondiales du FTSE et de plusieurs autres à compter du 21 décembre.

Pendant le cycle des élections présidentielles de 2020, Wall Street a contribué à la campagne politique du candidat du Parti démocrate Joe Biden à hauteur de plus de 70 millions de dollars, soit beaucoup plus que ce que Donald Trump a reçu des fonds spéculatifs et des banques d’investissement, selon la chaîne de télévision américaine CNBC. C’est également plus que ce que l’ancien président Barack Obama a reçu de Wall Street lors de ses deux campagnes présidentielles combinées.

Puisque les démocrates ont récolté une somme substantielle d’argent dans ce secteur, « cela signifie pour moi qu’ils ont conclu des ententes », a déclaré M. Trump aux journalistes le 3 novembre au siège de sa campagne en Virginie.

« Ce que je n’ai pas fait, c’est appeler Wall Street et dire, envoyez-moi 25 millions de dollars […] à la tête de chaque entreprise. J’aurais pu faire cela. J’aurais été le roi de la collecte de fonds de tous les temps si j’avais fait cela. Mais une fois que vous avez fait cela, vous ne pouvez plus les gérer correctement. Vous ne pouvez tout simplement pas », a-t-il dit.

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*