Les machines à fraude des élections de Géorgie face à un juge indécis

Elections américaines Géorgie

Le juge empêche, autorise, puis empêche à nouveau la Géorgie d’effacer ou de réinitialiser les machines électorales

PAR IVAN PENTCHOUKOV

30 novembre 2020
Mis à jour: 1 décembre 2020

MISE À JOUR : Dans une troisième ordonnance rendue tard dimanche soir, un juge fédéral supervisant le procès de Sidney Powell en Géorgie a accordé une ordonnance de restriction temporaire aux responsables des élections dans les comtés de Cobb, Gwinnett et Cherokee, afin de leur interdire d’autoriser « l’altération, la destruction ou l’effaçage de tout logiciel ou toute donnée provenant de n’importe quelle machine de vote Dominion » utilisée lors des élections de 2020. La décision du juge a permis à Me Powell de modifier une plainte précédente afin d’inclure les comtés en possession des machines de vote.

Le 29 novembre, un juge fédéral présidant un important procès électoral en Géorgie a émis puis annulé un arrêté ordonnant à l’État de cesser et de s’abstenir d’effacer ou de réinitialiser les machines électorales.

« Les défendeurs ont reçu l’ordre de maintenir le statu quo, et il leur est temporairement interdit d’effacer ou de réinitialiser les machines de vote dans l’État de Géorgie jusqu’à nouvel ordre du tribunal », a écrit le juge de district américain Timothy Batten Sr. dans une ordonnance d’urgence émise le 29 novembre.

Le juge a annulé l’ordonnance peu de temps après, expliquant que les défendeurs n’étaient pas en possession des machines.

« La demande des plaignants échoue parce que les équipements de vote qu’ils cherchent à confisquer sont en possession des responsables des élections du comté. Toute injonction émise par la Cour ne s’étendrait qu’aux défendeurs et à ceux qui sont sous leur contrôle, et les demandeurs n’ont pas démontré que les responsables électoraux des comtés sont sous le contrôle des défendeurs. Les défendeurs ne peuvent pas servir de mandataire aux agents électoraux locaux contre lesquels la réparation devrait être demandée », a écrit le juge.

Le changement de cap du juge a suscité une réaction de stupéfaction de la part de Lin Wood, un avocat associé à la campagne Trump.

« Comment ??? Le juge a inversé l’ordre en se basant sur l’affirmation des défendeurs selon laquelle les comtés de Géorgie contrôlent les machines de vote », a écrit Me Wood sur Twitter, ajoutant que les appareils sont la propriété de l’État et que le secrétaire d’État géorgien administre les élections.

 

 

 

« Pourquoi les fonctionnaires de Géorgie sont-ils déterminés à nettoyer ces appareils [en] les réinitialisant ? »

Les plaignants dans le procès du 29 novembre ont déposé une motion d’urgence qui comprenait une déclaration écrite sous serment avec un message du 25 novembre d’un fonctionnaire électoral déclarant que les machines de comptage des votes seraient remises à zéro le 30 novembre avant de procéder à un recomptage.

« Le processus commencera par un nettoyage, soit une remise à zéro de l’appareil pour commencer le recomptage », précisait le texte avant de décrire les détails du processus de recomptage.

La déclaration sous serment a été rédigée par un membre du personnel électoral républicain qui dit avoir fait part au directeur des élections de ses inquiétudes concernant la réinitialisation des machines à voter.

« Je suis préoccupé de ce que je lis en ligne parce que le projet lundi est de nettoyer les machines de vote et de commencer à zéro pour recompter en utilisant ces appareils », a écrit le membre du personnel électoral, dans sa déclaration sous serment.

« Je vois beaucoup d’avis d’avocats sur la possibilité de confisquer les machines. Les avocats disent maintenant que les machines devraient être confisquées immédiatement avant que cela n’arrive pour protéger les informations légales. Ils disent que ces machines doivent être confisquées dès que possible. Argh. Je suis peut-être trop paranoïaque, mais assurons-nous que c’est bien ce que nous sommes censés faire. »

Le superviseur, quant à lui, a répondu : « C’est ce que nous sommes supposés faire. Il faudra une décision de justice pour arrêter ce processus, je suppose donc que nous devons continuer à regarder les nouvelles. Si nous obtenons une décision de justice pour arrêter ce processus, nous le verrons dans nos alertes. Le problème, c’est que la région d’Atlanta a déjà commencé. »

Quand le sondeur a demandé si la réinitialisation effacerait les informations légales contenues dans les machines, le directeur a répondu : « Atlanta l’a déjà fait. »

Le procès en question est mené par Sidney Powell, une avocate qui a défendu l’ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn. Le président Donald Trump a gracié M. Flynn, un général d’armée trois étoiles à la retraite, le 25 novembre. La campagne Trump a déclaré que Me Powell ne faisait pas partie de son équipe juridique.

Le président du Parti républicain de Géorgie, David Shafer, a écrit après que le juge a émis l’ordonnance que les responsables des élections du comté de Fulton mettaient à jour le logiciel sur les systèmes de vote plus tôt le même jour.

« Nos moniteurs républicains du Centre mondial des congrès ont attendu aujourd’hui pendant quatre heures pendant que les responsables des élections du comté de Fulton mettaient à jour le logiciel. L’explication qui m’a été donnée – qu’il s’agissait ‘juste [de] l’incompétence habituelle du comté de Fulton’ – est totalement inacceptable », a écrit M. Shafer sur Twitter.

 

 

 

« Il est scandaleux que nous ne puissions pas compter sur les fonctionnaires électoraux du comté de Fulton pour faire leur travail sans des retards inexpliqués de quatre heures, des interventions d’avocats privés et des ordonnances du tribunal fédéral. »

Systèmes de vote

Le procès implique un certain nombre d’allégations concernant les machines de vote et les logiciels fournis par Dominion Voting Systems, utilisés en Géorgie et dans de nombreux États.

Le procès cite une déclaration sous serment écrite par un ancien analyste du renseignement électronique du 305e bataillon de renseignement militaire, qui a témoigné que le logiciel utilisé par les machines de Dominion a été utilisé par des agents d’acteurs malveillants, tels que la Chine et l’Iran, « afin de surveiller et de manipuler les élections », y compris les élections de 2020.

Le procès allègue en outre que les machines sont connectées à Internet, alors qu’elles ne sont pas censées l’être, et qu’elles sont facilement piratées, sur la base de multiples déclarations d’experts. Les machines ont des fonctions intégrées qui permettent aux opérateurs de manipuler les résultats, ont déclaré plusieurs experts cités dans le procès.

Dominion a nié avec véhémence que ses machines aient été utilisées pour manipuler le décompte des votes.

« Les serveurs qui font tourner le logiciel de Dominion sont situés dans les bureaux électoraux locaux, et les données ne quittent jamais le contrôle des responsables électoraux locaux », peut-on lire sur le site web de la société.

« Tous les systèmes de vote américains doivent fournir l’assurance qu’ils fonctionnent de manière précise et fiable, comme prévu par les certifications et les exigences de test de la Commission d’assistance fédérale (EAC) et des États. Les systèmes de vote de Dominion sont certifiés pour les élections de 2020. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*