The US military was allegedly duped into buying $20 million in Chinese counterfeits – L’armée américaine achète aux Chinois 20 millions de dollars de vêtements militaires contrefaits

The US military was allegedly duped into buying $20 million in Chinese counterfeits

Version française plus bas : après cette version anglaise

Clothes and footwear are some of themost knocked offproducts in the world. Many of the counterfeits come from China, anddupe unsuspecting customersevery day. The US military has apparently become one of those unsuspecting customers.

A wholesaler of military uniforms and other gear is accused of selling more than $20 million worth of Chinese-made fakes to the US military and other government bodies, passing them off as the authentic, American-made versions. As laid out by theBerry Amendment, the military is only allowed to buy uniforms and other clothing that have been made in the US. The wholesaler wascharged in a Rhode Island courton May 21 with conspiracy to commit wire fraud and trafficking in counterfeit goods.

The court documents say the wholesaler and his co-conspirators sent samples of actual military uniforms and other items to Chinese manufacturers to duplicate. Before mass-producing the goods, the manufacturers got samples and photos of the real deal, including hangtags and labels, to make sure theirs looked legitimate. The process involved copying brand names and trademarks. The wholesaler then sold the goods to military and government buyers, and is even said to have provided fake Berry Amendment certification letters.

Some of the alleged counterfeits were for items the military entrusts with its soldiers’ lives. Among the knockoffs were parkas for the US Air Force. The real version is made of a fabric calledMulticam, which helps disguise the wearer from near-infrared (NIR) technologies, such as night-vision goggles. “The counterfeit parkas lacked the NIR-technology that made the wearer difficult to detect by night vision goggles,” the court documents state.

Maybe more troubling were thousands of hoods that were supposed to be made of a fire-resistant material calledFREE. A sewn-in care tag on the hoods said “NFPA 2112 COMPLIANT,” which according to the court records is an “industry standard for flame resistant attire.” The counterfeit hoods were not flame resistant.

Other trademarks the wholesaler is accused of copying arePolartec, a popular insulating fleece, andPrimaloft, a synthetic alternative to down originally developed for the US army.

We have reached out to the US military for comment and will update this story with any reply. The court documents did not list an attorney for the accused. As theAP reported, his only comment when asked by WPRI-TV was “I don’t know anything about that, sorry.”

That Chinese factories are mixed up in the incident is not too surprising, given that Chinachurns out most of the fakesseized around the world. Chinese factories have become adept at copying pretty much any item you can think of, fromhigh-end luxury goodsto consumer productsstill in their startup phase. These knockoffsflood Chinese marketplaces, and also international ones. Apparently the US military has to stay vigilant, even when purchasing uniforms.

Version française :

Les vêtements et les chaussures sont parmi les produits les plus détruits au monde. Beaucoup de contrefaçons viennent de Chine et trompent chaque jour des clients peu méfiants. L’armée américaine est apparemment devenue l’un de ces clients peu méfiants.

Un grossiste d’uniformes et d’autres équipements militaires est accusé d’avoir vendu à l’armée américaine et à d’autres organismes gouvernementaux plus de 20 millions de dollars de faux fabriqués en Chine, en les faisant passer pour des versions authentiques fabriquées aux États-Unis. Conformément à l’amendement Berry, l’armée n’est autorisée à acheter que des uniformes et autres vêtements fabriqués aux États-Unis. Le 21 mai, le grossiste a été inculpé de complot en vue de commettre des fraudes par fil et du trafic de produits contrefaits devant un tribunal de Rhode Island.

Les documents judiciaires indiquent que le grossiste et ses co-conspirateurs ont envoyé des échantillons d’uniformes militaires et d’autres articles aux fabricants chinois afin qu’ils soient dupliqués. Avant de produire en masse les produits, les fabricants ont obtenu des échantillons et des photos de la transaction, notamment des “hangtags aet labels”, afin de garantir leur légitimité. Le processus impliquait la copie de noms de marque et de marques de commerce. Le grossiste a ensuite vendu les produits à des acheteurs militaires et gouvernementaux, et aurait même fourni de fausses lettres de certification de l’amendement Berry.

Certaines des contrefaçons présumées concernaient des objets que l’armée qui garantissent la survie de ses soldats. Les parkas de l’US Air Force figuraient parmi les imitations. La version réelle est constituée d’un tissu appelé Multicam, qui permet de dissimuler son porteur des technologies proche infrarouge (NIR), telles que les lunettes de vision nocturne. “Les parkas contrefaits manquaient de la technologie NIR qui rendait difficile la détection par des lunettes de vision nocturne”, indique le document de la cour.

Peut-être plus troublant encore était des milliers de capuchons qui étaient supposés être faits d’un matériau résistant au feu appelé FREE. Une étiquette cousue sur les capuchons disait «Conforme à la norme NFPA 2112», ce qui, selon les dossiers de la cour, est une «norme de l’industrie pour les vêtements résistant aux flammes». Les capuchons contrefaits ne résistaient pas à la flamme.

Le grossiste est également accusé de copie: Polartec, une toison isolante populaire, et Primaloft, une alternative synthétique au duvet développée à l’origine pour l’armée américaine.

Nous avons sollicité les commentaires de l’armée américaine et mettrons à jour cette histoire avec réponses. Les documents du tribunal ne mentionnaient pas d’avocat pour l’accusé. Comme le rapportait AP, son seul commentaire à la demande de WPRI-TV était “Je ne sais rien à ce sujet, désolé.”

Le fait que les usines chinoises soient mêlées à cette affaire n’est pas surprenant, étant donné que la Chine produit la plupart des contrefaçons saisies dans le monde. Les usines chinoises sont habituées à copier pratiquement tous les articles, des produits de luxe haut de gamme aux produits de consommation encore en phase de démarrage. Ces imitations inondent les marchés chinois et internationaux. Apparemment, l’armée américaine doit rester vigilante, même lors de l’achat d’uniformes.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*